Concert au sounds ce vendredi à 21h30 pour la sortie du disque

Le CD pourra être commandé sur le site http://www.mognomusic.com/

A partir de la semaine prochaine le disque sera dans les bac des disquaires.

Ci-dessous Chrystel Wautier le 26-03-09 chez Philippe Baron sur Musique3

image

CI-DESSOUS LE SOIR 2 AVRIL 2009

soir1

http://www.myspace.com/radonistribe

Le Sounds

Tagués avec : , , , , , ,

[ Hommage à Paolo Radoni – Jazz Station ] – [ jacquesp @ 21:37:14 ] – Musique
Jeudi 10 avril, la Jazz Station déborde.
Ça déborde de monde et pourtant, l’ambiance est assez recueillie.
Ni sombre, ni triste, ni sage… juste recueillie.
Émue surtout.
Il y a comme un parfum de spleen qui flotte dans l’air.

Ce soir, c’est un concert hommage à Paolo Radoni.
Plus de trois mois après sa disparition, l’émoi est encore palpable, le choc n’est pas encore dissous.

Presque tous ceux qui ont joué, appris, aimé, parlé ou croisé Paolo sont là.
Après le concert du Sounds le 29 décembre, ils se sont à nouveau réunis pour lui rendre un hommage. Encore un. Mais, y en aura-t-il jamais assez ?

Sur scène, il y a les guitaristes, bien sûr, Paolo Loveri, Quentin Liegeois, Jacques Pirotton, Hans Van Oost, Victor Da Costa, Hendrik Braeckman…rassemblés autour de Peter Hertmans pour jouer ensemble «Hannie’s Dream» et «Ballad For Leo».

Il y a aussi Alexandre Furnelle, qui dirige les opérations, Bruno Castellucci, Jean-Louis Rassinfosse, Bas Cooijmans, Ron van Rossum, Jan De Haas…
Michel Herr est là aussi (magnifique de lyrisme sur «Elegia»), Christine Schaller et Ben Sluijs également (que l’on retrouve dans un registre qu’il avait un peu laissé de côté ces derniers temps; un jeu tout en souplesse, lumineux et velouté).

La fidèle Chrystel Wautier chantera avec beaucoup d’émotion et de sensibilité «Luiza» (que Paolo considérait comme le chef-d’œuvre de la musique brésilienne), «Moon River» et le très beau «Let Me Hear A Simple Song» écrit pour elle par Paolo.

Dans l’assistance, on croise Henri Greindl, Laurent Blondiau, Véronique Hocq, Michael Blass et tant d’autres…
Sur Scène, on retrouve Pirly Zurstrassen, en duo avec le violoniste Michel Pieters, pour un superbe et onirique «Cupid’s Wing». Quel beau moment!

Autre grand moment, intense et profond, avec le duo de Frank Wuyts (au piano) et Denis Van Hecke (au violoncelle) pour une improvisation sur un poème de Daniel de Bruycker: «Paolo’s Blues». Paroles fortes et jeu très dense. Du très grand art.

Mais le moment le plus poignant de cette soirée restera, pour moi, la performance de Julie Jaroszewski.
En duo d’abord, avec le subtil pianiste Charles Loos, pour chanter «What Is Left?»
Julie ne chante pas, ne raconte pas, ne parle pas… elle vit ce poème qu’elle a écrit pour l’occasion.
Le texte est poétique et sensible, mais son interprétation le rend encore plus bouleversant.

What is left
When everything is done
The reminder of how a man
Let the wind cry in his body
And how he could
Disappear
Lose his name
To let the wind sing
And speak through him.

And when a man is gone
The wind is still singing
An old story
From an old country
Everyone has forgotten
But everyone is missing

What is left
When the man is gone
Just a free wind
Without a voice
Who’s asking for your heart
To let it sing inside your blood
An old story
From an old country
Everyone has forgotten
But everyone
Is missing
A lot. »
©Julie Jaroszewski

Et puis, quand Julie chante un blues mâtiné de soul, c’est aussi puissant de sincérité, de vérité et d’engagement. Un engagement qui me rappelle Ursula Rucker, cette artiste dans la lignée des Gil Scott Heron, Eric Mingus ou encore Jalal Mansur Nuriddin (Last Poets), qui mélange jazz, hip hop et spoken words, pour défendre bec et ongles les petites comme les grandes causes. C’est un autre registre que celui de Julie, bien sûr, mais l’esprit est le même.

http://jazzques.skynetblogs.be

Tagués avec : , , , , , , ,

lundis d'hortense
Le jeudi 10 avril 2008 à la Jazz Station
Notre bien cher ami, guitariste et compositeur Paolo Radoni nous a quitté le 21 décembre dernier. Paolo a été le compagnon de route de bon nombre de musiciens (aussi en tant que professeur). Il a notamment participé activement aux Lundis d’Hortense pendant de nombreuses années et en a été le Président entre 1988 et 1993. Les Lundis d’Hortense, ainsi que ses autres amis musiciens, souhaitent lui rendre hommage à l’occasion d’une soirée autour de ses compositions, arrangements et airs préférés le jeudi 10 avril dès 20h à la Jazz Station.

Au programme (celui-ci peut encore évoluer par la suite…)

1er Set
PAOLO LOVERI

trio avec Jean Louis Rassinfosse et Bruno Castellucci
Matrimonio al ItalianoStorie Vere
Chove Sole

CHRISTINE SCHALLER

– en solo : chant + piano : Real Life
Vento : avec Michel Herr (piano)+ Bruno Castellucci (drums) + Alexandre Furnelle (bass) + Gino Lattuca (trompette) ? + …

PIRLY ZURSTRASSEN

Cupid’s Wing : Michel Pieters au violon et Pirly Zurstrassen au piano

CHRISTEL WAUTHIER AND FRIEND’S

Let me hear a simple song : écrit par Paolo Radoni pour Chrystel Wauthier
– Moon River (Johnny Mercer (paroles) et Henry Mancini (musique))
– Luiza (Antonio Carlos Jobim) : au piano Ron Van Rossum

Break

2ème Set

OCTET DE GUITARES + Section rythmique

Les arrangements harmoniques de Paolo Radoni pour un octet de guitares d’après les compositions de René Thomas
Aux guitares :
Peter Hertmans – Paolo Loveri – Quentin Liegeois – Jacques Pirotton – Patrick Deltenre – Pierre Van Dormael – …
Rythmique : Jan De Haas – Alexandre Furnelle
Hannie’s dream
– Ballad for Leo
– Auto-Buss :
trio de guitares Fabien Degryse – Peter Hertmans – Paolo Loveri

PETER HERTMANS AND FRIENDS

In the Mode : Peter Hertmans : guitare – Ron van Rossum : piano – Bass Coymans : bass – Ben Sluys : sax
Jean-Luc Van Lommel : drums

– à définir Peter et Rowina ?

CHARLES LOOS AND JULIE JAROLEWSKI

– Un arrangement de Paolo Radoni pour les Sweet Sustitute : Meeting
– Une composition du LP Hotel Love : Trapeze
Charles Loss (piano) Julie Jarolewski (vocal ) Bass Coymans (bass) Jan De Haas (drums)

FRANK WUYTS AND DENIS VAN HECKE

piano et violoncelle en duo, improvisation en duo autour de:
“Paolo’s Blues” (le texte-hommage de Daniel de Bruycker) etMilano per caso” (de Paolo)

3ème set
Open music :
– différentes chanteuses qui ont travaillé avec Paolo Radoni

-Marc Lelangue Blues

Tagués avec : , , , , , ,

Hôtel communal de Forest, 2 rue du curé, 1190 Bruxelles
Salle des mariages à 20 heures
Entrée par la chaussée de Bruxelles 59
Paolo Loveri Victor Da Costa Bruno Castellucci Alexandre Furnelle

Paolo ST Jazz ten Noode 1996

Présentation par Brigitte Furnelle:
Deux guitaristes, Paolo Loveri, et Victor Da Costa. Tous les deux anciens élèves, et enseignants au Conservatoire à ce jour, ils signent présents pour continuer à faire vivre les compositions de Paolo.
Un contrebassiste renommé, Alexandre Furnelle, ami familier de bien longue date.
Et son comparse jazzistique de toujours, le “Grand” et souriant Bruno Castellucci, aux drums.
Paolo Loveri jouera avec la guitare de Paolo Radoni. Cette guitare a été créée par le Luthier Jacky Walraet, selon ses recommandations précises : largeur du manche, dessin du chevalet d’ébène, caisse cuteway et finition élégante naturelle blond pâle…presque blanche… La large table d’harmonie, la structure et le modelage du bois précieux, les ouies délicatement ciselées confèrent à cet instrument une sonorité particulièrement chaude et ample.

concert

Tagués avec : , , , , , ,

Un article de Brigitte Furnelle pour annoncer un concert où Peeter Hertmans jouera avec la Gibson de Paolo

LE Samedi 16 Février à 18h
Jazz Station à Saint-Josse ten Noode

Marqué par sa petite enfance au Congo, sa collaboration prolongée avec des musiciens de toutes origines, sa longue pratique du jazz et ses études de l’univers classique, Alexandre Furnelle (contrebasse, voix, instruments divers) a toujours été préoccupé par « l’espace son », la recherche harmonique, la limpidité mélodique, la liberté d’improvisation et la profondeur du discours.
La grande liberté des rôles a permis au groupe de développer un univers sonore personnel apparenté à ce qu’on appelle le jazz européen contemporain.

Depuis sa constitution le groupe a déjà participé à plusieurs festivals et programmations : Jazz Tour des Lundis D’Hortense, Nam’In Jazz, Brussels Summer Festival, divers clubs et centres culturels,… En juillet 2003, ils ont enregistré leur premier CD «Le Chant des Sirènes» sur le label Mogno (j013 distribution AMG) qui a été salué de nombreuses critiques positives.

Alexandre Furnelle: contrebasse Daniel Stokart: saxophone alto Peter Hertmans: guitare Jan De Haas: batterie Barbara Wiernik : chant retour

Peeter Hertmans jouera quelques morceaux avec la Gibson L7 “Sunburst” de Paolo.
Quel plaisir musical que de retrouver le son puissant de cette merveilleuse guitare, sous les doigts de Peeter.
Paolo avait acheté cet instrument en juillet 1983, lorsque, juste avant la naissance de sa seconde fille, il était en tournée au Québec. Il avait joué en avant première de Miles Davis.
A la devanture d’un magasin de guitares d’occasion, à New York, dans les quartiers du Bronx, il avait découvert cette Gibson dont il rêvait depuis longtemps.
Evidemment, flairant l’affaire du siècle, son sang n’a fait qu’un tour. Et voilà, il l’a ramené ici, à Woluwé, le 10 juillet 1983. Le lendemain, naissait Leïla… Quelles histoires !!!

Brigitte

Tagués avec : , , , , , , , ,

Mon cher Paolo,

Il y a à peine trois mois, nous étions tous deux dans ma cuisine à préparer
de bons plats pour régaler les quelques amis que j’avais invité pour fêter
mon anniversaire. Tu étais le chef coq et moi ton marmiton. L’ambiance était
à la plaisanterie et ton osso buco fût une merveille gastronomique!

Et voilà qu’aujourd’hui, en si peu de temps, tu es passé au verso de
l’existence me laissant incrédule et anéanti.
Je parle de verso parce que nous figurons tous dans le grand livre de
l’humanité et nous en sommes les auteurs et les acteurs à la fois sous la
supervision du hasard, lequel, quelquefois, mouille son doigt et tourne une
page, abandonnant sans distinction l’un ou l’autre d’entre nous.
Toi, tu as écrit tes pages comme tu as voulu ta vie, non seulement pour la
musique mais aussi pour les êtres qui ont eu la chance de te croiser.

J’ai eu cette chance d’être ton ami mais je ne suis pas le seul. Aussi, je
crois me faire l’interprète de tous ceux qui sont ici pour te saluer une
dernière fois en te disant toute notre admiration pour le musicien que tu
étais, pour tes compositions finement ciselées, pour tes phrasés d’une rare
élégance qui faisaient de toi un poète dans ce langage musical que tu savais
si bien transmettre.

Aussi nous manqueront ta générosité, ton intelligence tellement humaine, ton
soutient moral lorsqu’un ami était en peine, ainsi que ton sens de l’humour
et le simple plaisir qu’on avait d’être en ta compagnie.

Je n’ai, hélas, pas de méthode pour apaiser notre tristesse ni de mots pour
consoler tous ceux qui t’aimaient et, particulièrement, ta Maman, ton Papa,
ta femme Brigitte et tes filles Naïma et Leïla. Je ne peux que leur
souhaiter de trouver le courage de supporter ton absence et, pour cela,
compter sur notre amitié inconditionnelle.

Pour accompagner ton voyage, j’ai écris un tout petit poème lequel, je
l’espère, trouvera ton indulgence et, au mieux, te fera plaisir :

Te voilà navigant le silence
Et ton sillage de notes bleues
Arrose encore d’inflorescences
Ton jazz de douceur et de feu

Merci, mon cher Paolo, pour l’être humain que tu as été pour nous et pour la
musique. Tu entres à présent dans notre paradis, ce paradis qui consiste à
laisser dans la mémoire des vivants le meilleur souvenir qui soit!

Très sincèrement,
ton ami pour toujours

Bob De Marco

Tagués avec : , ,

Quelques mots un peu maladroits pour celui qui prenait la parole si facilement et était éloquent dans plusieurs langues.

Si chacun d’entre nous est ici n’est-ce pas parce que, d’une manière ou d’une autre, il fait un peu partie de la famille de Paolo ? Quiconque l’a côtoyé de façon intime faisait partie des siens. Il avait ce talent d’inclure celui qui venait à lui.
Nous voici tous embarqués dans une même histoire de familles – au pluriel : famille italienne, belle-famille belge, famille de musiciens, amis de la famille ou bien famille d’amis. Une même histoire chargée d’une multitude de souvenirs, où chacun retient les siens. Mes souvenirs font, j’imagine, écho aux vôtres.

Le guitariste de jazz qui, il y a 28 ans, était venu chez ma sœur avec une bouteille de Brouilly allait devenir mon beau-frère.
Les images se bousculent :
la vie quotidienne rue Rosart,
la naissance de Leïla vers qui tous les regards vont se tourner,
« le mariage de mes parents, comme Leïla le chantait, qui ne se fête pas tous les ans. »,
Nono et Nona que tout le monde appelle Nono et Nona,
l’Italie : Marotta, Sasso Ferrato, les Marches,
le mariage de Naïma et Laurent,
Paolo fier d’être lui-même grand-père à son tour.
En parallèle à cette histoire intime, il y avait évidemment les concerts, les jams, les tournées, les disques, les stages, les cours et encore la vie associative et politique…

Sur la trame de fond de ces évènements, de ces histoires, Paolo nous entrainait tous dans une conversation universaliste, allant du jazz, de la musique en général aux convictions politiques, de l’actualité à l’histoire, du football à l’art culinaire, des blagues grivoises à la littérature de Calvino,…

Nous pourrions tous développer ici une des facettes du personnage multiple qu’a été Paolo. J’ai envie d’en relever une, arbitrairement peut-être : sa passion pour la cuisine.
Que serait une histoire de famille sans repas en famille ?
Tous mes souvenirs de Paolo sont associés à des repas : j’ai l’impression que je pourrais les énumérer sans fin avec délectation. Paolo savait apprécier et nous faire apprécier à leur juste valeur ces moments où se nouent discussions, convivialité, complicité, où les liens familiaux précisément se tissent. Manger avec Paolo c’était bien plus que simplement se nourrir, bien plus qu’un plaisir gourmand ou même gourmet, c’était pratiquer un rituel symbolique, participer à un instant précieux où la saveur des aliments évoque la saveur même de la vie ensemble.

Et si apprécier la cuisine était un art ?
En tout cas, Paolo était artiste jusqu’au bout des ongles. Il avait en lui cette puissance d’évocation, ce talent de nous faire rêver.

Chez Paolo, il n’y avait nulle complaisance pour le drame, mais le souci perpétuel de ne pas s’abandonner à une vision tragique de la vie, d’en assouplir les aspérités. Sa musique est italienne par son aptitude à dissoudre toute gravité en légèreté. Dans sa chaleur, les obstacles et les résistances fondent, les frontières deviennent perméables, les transitions souples, la mélancolie douce.
La musique de Paolo nous aide à vivre notre rêve, à rêver notre vie ; elle nous endort en nous éveillant à la vraie vie, nous éveille en évoquant rêves et souvenirs.
Et bien sûr ces jours-ci les souvenirs remontent par nuées, les uns merveilleux, les autres drôles, féériques, malicieux, complices … tous à la fois beaux et aujourd’hui blessants, douloureux parce que tendres.
Mais, dans cette lumière d’hiver où les ombres s’allongent, la guitare de Paolo nous rappelle avec sagesse que « nous sommes faits de la même étoffe que les songes. »

Vincent Furnelle

Tagués avec : , ,

un texte de Daniel de Bruycker lire un quatrain à gauche, un quatrain à droite etc

Pas d’effigie
pour marquer son tombeau
ou alors cette espèce de rien
partout où il n’est pas
Dans l’air vide
ce qui n’est pas encore
le sillage de l’oiseau
et déjà plus l’oiseau
Dans Perdido
la note bleue
puis qui se perd, plus haut
dans toujours plus de bleu
Dans le lointain, larges accents
de trombone, saluant
à grands gestes depuis la benne
d’un camion noir
Le jazz, tambour de l’exil
musique de nègres blancs
et parce qu’on y joue riche
avant d’en mourir pauvre
Le jazz comme un spasme, une transe
une surdose de temps –
on en titube et c’est la danse
on en tombe et c’est le temps
Guitare, chemin portable
porté en bandoulière
tel Poucet nourrissant les oiseaux
et qui n’en revient pas
D’une vie ici
le peu qui reste :
traces d’envols, là
où tombèrent les miettes
Le ciel
et s’y brûler les ailes –
le fond
et doucement s’y fondre
Dansant la tarentelle, funambule
sur la corde de mi aigu ;
tirant, poussant, tordant du doigt
la corde du mi grave
Six cordes pour tout dire :
le blues et l’Italie,
l’amour, l’ennui,
mourir et l’autre vie
Six cordes pour y danser
six vies l’une après l’autre,
six cordes pour se pendre
la septième est la seule qui compte
La porte du club
s’ouvrant dans la nuit noire,
son et lumière
délivrés d’un seul coup
Pulsée du fond du ventre
jusqu’on ne sait où,
musique colonne d’air
avec sa racine en nous
Dans le silence
le bruit d’un pas
qui se rapproche
en s’éloignant
Dans le chat
son sommeil ;
dans son sommeil
le chat
Dans Vento, de ne savoir
d’où soufflait ce vent-là,
de ne savoir jusqu’où il va
ni s’il y a du vent là-bas
Hors de vue, silencieux
comme un sillage
inexplicablement
qui fait tanguer la berge
Jazz : cœur tambour
cordes nerfs
poumons de cuivre
plaque sensible
Vivre pour cela,
et se riant d’en vivre ;
en mourir,
dernière façon d’en rire
D’ici où rien n’est certain
jusque là-bas
dont ici ne sait rien
quel chemin ?
Six cordes pour tout faire :
les jours, les nuits,
toujours et aujourd’hui,
elle et lui…
Cherchant le son
comme en quête du mot juste
pour lui redire encore
qu’on l’aime tout autrement qu’hier
Et béni soit l’enfant,
qui souffre, Billie,
si, du fond de ce gouffre
peut remonter le chant
Tagués avec : , , ,