un texte de Daniel de Bruycker lire un quatrain à gauche, un quatrain à droite etc

Pas d’effigie
pour marquer son tombeau
ou alors cette espèce de rien
partout où il n’est pas
Dans l’air vide
ce qui n’est pas encore
le sillage de l’oiseau
et déjà plus l’oiseau
Dans Perdido
la note bleue
puis qui se perd, plus haut
dans toujours plus de bleu
Dans le lointain, larges accents
de trombone, saluant
à grands gestes depuis la benne
d’un camion noir
Le jazz, tambour de l’exil
musique de nègres blancs
et parce qu’on y joue riche
avant d’en mourir pauvre
Le jazz comme un spasme, une transe
une surdose de temps –
on en titube et c’est la danse
on en tombe et c’est le temps
Guitare, chemin portable
porté en bandoulière
tel Poucet nourrissant les oiseaux
et qui n’en revient pas
D’une vie ici
le peu qui reste :
traces d’envols, là
où tombèrent les miettes
Le ciel
et s’y brûler les ailes –
le fond
et doucement s’y fondre
Dansant la tarentelle, funambule
sur la corde de mi aigu ;
tirant, poussant, tordant du doigt
la corde du mi grave
Six cordes pour tout dire :
le blues et l’Italie,
l’amour, l’ennui,
mourir et l’autre vie
Six cordes pour y danser
six vies l’une après l’autre,
six cordes pour se pendre
la septième est la seule qui compte
La porte du club
s’ouvrant dans la nuit noire,
son et lumière
délivrés d’un seul coup
Pulsée du fond du ventre
jusqu’on ne sait où,
musique colonne d’air
avec sa racine en nous
Dans le silence
le bruit d’un pas
qui se rapproche
en s’éloignant
Dans le chat
son sommeil ;
dans son sommeil
le chat
Dans Vento, de ne savoir
d’où soufflait ce vent-là,
de ne savoir jusqu’où il va
ni s’il y a du vent là-bas
Hors de vue, silencieux
comme un sillage
inexplicablement
qui fait tanguer la berge
Jazz : cœur tambour
cordes nerfs
poumons de cuivre
plaque sensible
Vivre pour cela,
et se riant d’en vivre ;
en mourir,
dernière façon d’en rire
D’ici où rien n’est certain
jusque là-bas
dont ici ne sait rien
quel chemin ?
Six cordes pour tout faire :
les jours, les nuits,
toujours et aujourd’hui,
elle et lui…
Cherchant le son
comme en quête du mot juste
pour lui redire encore
qu’on l’aime tout autrement qu’hier
Et béni soit l’enfant,
qui souffre, Billie,
si, du fond de ce gouffre
peut remonter le chant

Dès l’aube, une lumière translucide, crème, ivoire et mordorée, envahissait délicatement le paysage givré par une poussière de neige. Là, dans nos bras, il nous a quitté, un rayon de soleil sur son visage apaisé, à l’instant même, miracle de la musique, où il écoutait Luiza sur l’Ipod, comme si Carlos Jobim était venu le prendre par la main, las, il est parti, hélas il s’en est allé…
Dans nos pensées, dans notre coeur, dans nos oreilles, il reste pour toujours, pour toujours.
Adieu très cher Paolo.

Brigitte

Storie Vere: Paolo Radoni, JL Rassinfosse, B Castellucci (Album Storie Vere 1988)

photos de Bernard Rosenberg, Paolo Loveri, Jos L Knaepen, Bubu, Michel Binstok

à la demande de Leïla Radoni, voici en exclusivité une interview de Paolo par Danièle Copus pour radio locale lux, l’enregistrement date de Juillet 2007, quand ça passera, Danièle annoncera les titres des morceaux avant de les envoyer sur antenne, ici c’est donc du brut, il y a des choses à couper, mais j’ai préféré ne toucher à rien car ils sont trop mignons tous les deux, si la radio était tout le temps comme ça, on ne l’éteindrait plus

Cliquer ci-dessous pour écouter l’interview

 

sophia lorenVoici un texte que Vincent Furnelle a écrit en écoutant “Storie Vere” – Ce morceau qui reprend le thème de “Mariage à l’Italienne”.

« Sophia Loren dans mariage à l’Italienne » : images de cinéma surgissant dans la musique … comme dans un rêve … et c’est cela l’histoire vraie!
Je reconnais bien là Paolo pour qui, depuis son premier disque, la vraie vie pourrait être un rêve, Paolo avec qui le passage de l’un à l’autre se fait toujours avec aisance.
Chez lui, nulle complaisance pour le drame, le souci perpétuel de ne pas s’abandonner à une vision tragique de la vie, d’en assouplir les aspérités. Sa musique est italienne par son aptitude à dissoudre toute gravité en légèreté. Dans sa chaleur, les obstacles et les résistances fondent, les frontières deviennent perméables, les transitions souples, la mélancolie douce.
La vraie vie n’est qu’un rêve parce que le rêve est vrai. La musique de Paolo nous aide à vivre notre rêve, à rêver notre vie ; elle nous endort en nous éveillant à la vraie vie, nous éveille en évoquant rêves et souvenirs.
Et bien sûr ces jours-ci les souvenirs remontent par nuées, les uns merveilleux, les autres drôles, féériques, malicieux, complices … tous à la fois beaux et aujourd’hui blessants, douloureux parce que tendres.
Mais, dans cette lumière d’hiver où les ombres s’allongent, la guitare de Paolo nous rappelle avec sagesse que « nous sommes faits de la même étoffe que les songes. »

Vincent Furnelle

Paolo est très touché par toutes ces marques d’amitiés qu’il apprécie profondément. Avec beaucoup d’émotion, il vous les réciproque.
Un peu fatigué, il a du mal a répondre à vos courriels, mais le coeur y est.
Voici une superbe photo prise lorsqu’il jouait avec les “Sweet Substitut “, le groupe dirigé par Paul Dubois.

malgré les nouvelles reçues et diffusées il y a peu de temps, le vieux refrain « tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir » peut chanter dans les cœurs des amis et proches de Paolo … l’esprit peut être plus fort que la matière, c’est certain
Voici les dernières nouvelles données par Brigitte:

14 décembre

Pour sa santé hier, il allait mieux. Il va commencer une chimio lundi. Il est temps. Il espère avec courage qu’il va s’en sortir et revenir à la maison et préparer de délicieuses pâtes aux tomates fraîches arrosées d’huile d’olive bio.

Ce blog existe pour que tous les amis de Paolo puissent avoir des informations sur son état au jour le jour, pour également donner la possibilité de laisser des commentaires qui lui seront rapportés dans la mesure du possible, les infos relayées viendront de ses proches qui lui rendent visitent chaque jour, pour laisser un commentaire, cliquer sur * commentaire(s) en dessous de chaque article, le « * » représente le nombre de commentaires déjà écrits, votre adresse email sera retenue pour vous prévenir dès qu’un nouvel article sera posté

Ne téléphonez ni à Paolo ni à sa famille, comprenez qu’ils sont un peu débordés pour le moment, utilisez les commentaires ou cliquez sur « contactez-nous » dans la barre latérale en haut à droite